Mood

En finir avec les pédophiles

Tueuse de pédophiles, maitresse d’école, psychiatre … est-ce possible d’être tout cela à la fois et bien le vivre ?

OUI et ce n’est pas de la schizophrénie ! 

Longtemps j’ai voulu être enquêtrice pour élucider des crimes perpétués sur enfants. Ensuite psychiatre pour les familles qui rencontrent des difficultés avec leurs progénitures. Une autre fois, j’ai pensé devenir maitresse d’école. Ha et oui, j’ai surtout voulu être tueuse à gages. Mon projet. Défoncer les pédophiles à la chaux…et appliquer sur eux les sévices les plus sombres édictés dans tous les romans de mon maitre à penser le Marquis de Sade.  

A un moment, j’ai bien cru arrivé à mes fins en devenant entrepreneur. J’ai monté et planté des boites. Il a fallu tour à tour mener des enquêtes sur la concurrence, être fin psychologue pour déjouer les pièges des fournisseurs, enseigner sans imposer. Pour parfaire mon carnet d’adresses, je me suis envolée pour la Big Appel (en pensant que j’étais Carrie Bradshaw version Barbès) pour vivre en plein coeur de la jungle Urbaine la plus redoutable au monde, New-York. C’est finalement à Paris, en côtoyant l’enfer des nuits Parisiennes que j’ai pensé endosser mes habits de lumière de tueuse à gages.

Et puis … « j’ai fuck-up »

J’ai fini par jouer petit pour rentrer dans les rangs. Je suis devenue une mama, avec tout ce qu’il y’a de plus conventionnel. Des bigoudis. Un mari incroyable. Des enfants mi-demon-mi-anges. Un appart un chouia bohème dans un quartier bourgeois. Le boulot qui vend du rêve avec de vrais problématiques capitalistiques. Prof pour redistribuer ce que l’école française m’a donnée. Et puis j’ai écrit un livre. Rien de ouf, en somme ! 

Sauf que …

Ce livre Je ne suis pas ta mère, il me permet, enfin, de vivre tout ce que j’ai voulu être en une seule personne en un seul endroit en même temps.  J’ai gagné ! Je suis devenue une femme plurielle.

Lisez …. ce livre raconte l’histoire de « quatre générations de femmes enfermées dans un huis-clos mental qui se croisent sans jamais se rencontrer, jusqu´au moment où les secrets qu’elles partageaient sont devenus des fardeaux assassins. ». C’est une histoire terrible mais remplit d’espoir… qui (pour l’instant) n’a qu’un seul objectif. 

Réaliser d’autres « moi ».

C’est parce que je l’ai voulu choral qu’il me sauve. Il raconte plusieurs histoires, celles liées au déterminisme social, à l’accomplissement en tant que femme, noire, immigrée, issue des quartiers, à l’amitié, à l’amour et surtout à la violence faite aux enfants, aux corps et aux âmes des enfants. L’écriture de ce livre m’a permis de réaliser mon voeux le plus précieux, celui d’endosser l’uniforme du « tueur à gages ».

#STAYTUNED

J’y tue des pédophiles. Manifestement d’après vos premiers retours, je suis assez douée pour mettre KO ces agresseurs sexuels, ces pédophiles répugnants. Il faut le dire, je m’y suis appliqué et j’ai adoré avoir leur sang sur mes mains, dans ma bouche, sur mes dents … !

Pourquoi devrais-je m’arrêter en si bon chemin ? L’encre de sang c’est sympa mais trop mignon à la longue.

J’ouvre donc un nouveau chapitre en m’apprêtant à les tuer à nouveau … mais cette fois-ci dans la réalité. Tueuse à gages, vous ai-je dit.. tueuse à gages 😅 !

En attendant, j’espère vous avoir donné envie de le lire.

Si vous l’avez lu, dites-nous dans les commentaires pourquoi l’avez apprécié (ou pas)

→ Si vous ne l’avez pas encore lu, filez vite ici : www.jenesuispastamere.com pour connaitre la liste des distributeurs, les librairies …

Vous aimerez peut-être...

Aucun commentaire

    Ecrire un commentaire

    1 Partages
    Tweetez
    Enregistrer1
    Partagez